Les transports urbains de Gambetta ...
MERCI à Henri MARTIN

La desserte jusqu’en 1945

collection Philippe-Guillaume PisterDès 1899 le quartier a bénéficié des transports urbains de la ville, confiés à la Compagnie des Tramways Electriques d’Oran, qui faisait partie du groupe « Les Exploitations Electriques », concessionnaire de divers réseaux en métropole.

En effet, à l’ouverture de l’exploitation du réseau, le 3 février, Gambetta a été desservi par la ligne de trams n° 6 ayant son terminus à la place d’Armes, qui était le terminus central de toutes les lignes et deviendra plus tard la place Foch.

En 1929, existaient des services spéciaux Gambetta - Eckmühl (le terminus de la ligne 2).

En 1936, un avenant à la convention de l’exploitant prévoit un prolongement de la ligne de Gambetta. L’étude de plans anciens de la ville permet de préciser ce point.

Longtemps, le terminus Gambetta a été implanté à l’extrémité de la route d’Arcole, au croisement avec la voie ferrée d’accès au port ; en 1936 cette route d’Arcole était devenue l’avenue de Tunis.

Un plan de 1947 montre bien le prolongement de la ligne, qui a dû être fait à la fin des années 30 ; il emprunte l’avenue Gambetta et le nouveau terminus se trouve dorénavant place Changarnier, située au croisement de l’avenue Claude Magne.

De 1946 à 1962

Le réseau se tourne vers les trolleybus et surtout les autobus pour remplacer au plus vite les trams.

La ligne 6, dont le terminus de la place Foch avait été reporté avant 1948 à la Cathédrale, sera une des premières à être exploitée par autobus, dès 1949.

La dernière ligne de trams sera la ligne 7, desservant Delmonte, où les bus prendront le relais le 2 décembre 1951…mais le tram va revenir au 21ème siècle, plus d’un siècle après la naissance du premier réseau !

Dans la période 1953 - 1962, la desserte de Gambetta sera assurée par trois lignes :

- 1 Place Foch - Gambetta (avenue Claude Magne)

- 11 Place Foch - Gambetta HLM

- 21 Place Foch - Gambetta Courbet

La seule modification sera le passage par le boulevard Galliéni pour aller vers la place Foch, au lieu d’emprunter la rue El Moungar en entier et la Rampe du Capitaine Valès.

Un peu de technique

Pour les trams la voie était à l’écartement de 1,055 m ; le courant continu 600 V était à l’origine capté par perche, et vers 1925 on est passé à l’archet Siemens, moins sujet aux incidents de fonctionnement.

Le matériel était garé dans le dépôt de la rue du Colonel Ben Daoud, qui sera toujours le seul dépôt du réseau urbain jusqu’en 1962.

Pour le matériel roulant, la ligne de Gambetta a bénéficié dès avant 1914 de motrices assez modernes, du constructeur belge Ragheno, avec des plates-formes fermées, alors que le matériel d’origine du réseau était à plates-formes ouvertes. Les documents d’époque montrent aussi l’emploi de remorques sur certains services, notamment des remorques d’été entièrement ouvertes.

Pour les bus, à partir de 1951 ont circulé les classiques Renault type R 4230, à trois portes, avec montée à l’arrière et perception par un receveur assis.

Plus tard, l’achat des Chausson APV et des Berliet PLR a permis de reporter les Renault sur d’autres lignes ; en 1960-61 les PLR, les véhicules les plus modernes, ne circulaient que sur le groupe de lignes 1-11-21…heureux privilège !

Quelques détails sur le service assuré en 1953 :

- la ligne 1 : parcours en 14 min et fréquence de 5 à 7 1/2 min

- la ligne 11 : parcours en 17 min et fréquence de 12 à 20 min

- la ligne 21 : parcours en 16 min et service intermittent.

Les couleurs des trams et des bus

collection Philippe Guillaume PisterLes couleurs posent bien des problèmes car témoignages et documents ne sont pas toujours concordants.

Les trams ont eu au début une couleur claire, jaune ? crème ? ensuite ils ont eu une livrée bicolore, avec un bas de caisse foncé et le haut clair.

Quant aux bus il y a eu des variations qui compliquent le débat, sans parler des cartes postales colorisées qui ne sont pas crédibles.

Dans les années 50 ils ont eu une couleur vert deux tons assez foncée, ensuite les Renault ont reçu une livrée vert clair et blanc.

Les Chausson et les Berliet ont reçu dès leur arrivée des couleurs très voisines de celles des années 50, vraiment foncées.

Conclusion

Le quartier de Gambetta a donc bénéficié d’une bonne desserte depuis la fin du 19ème siècle, aussi bien pour le tracé des lignes que pour le matériel utilisé, avec les trams puis les bus les plus modernes du réseau…ce qui a permis à la rue d’Arzew, devenue rue Général Leclerc, de voir passer ces beaux véhicules jusqu’en 1962.


Quelques tickets utilisés sur le réseau ...
MERCI à Henri MARTIN

 


 


 RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Classement de sites - Inscrivez le vôtre!